Pages

lundi 1 juillet 2013

Les fourberies de Scapin.

Les fourberies de Scapin.

Résumé :
Branle-bas de combat dans les ruelles napolitaines ! Octave a, en secret, épousé Hyacinthe, la jeune femme qu'il aime, mais voilà que son père a décidé à son tour de le marier à une inconnue ; quant à Léandre, c'est Zerbinette qu'il aime, mais son père en a lui aussi décidé autrement. Alors, que vont bien pouvoir faire ces deux jeunes gens sans le sou contre la puissance et l'autorité de leurs barbons de pères ? Faire appel à Scapin, bien sûr, le valet bondissant et malicieux, joueur et beau parleur : rien de tel que l'un de ses nombreux tours pour retourner la situation !

Avis de Coco : 15/20
Un classique, quoi.
Pour l'école, il fallait l'acheter et le lire.
Alors qu'est-ce que j'en ai pensé ?
D'habitude, j'ai l'habitude de lire des romans et non des pièces de théâtre mais celle-ci, elle passait.
Belle découverte.
J'ai acheté le livre sans prêter attention à la couverture.
La couverture passe.
Bon, si vous aimez les pièces de Moliére ou de quiconque, allez le lire.
Il vous plaira.

Lien de vente :

L'auteur :




Molière

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 15/01/1622
Mort(e) à : Paris , le 17/02/1673 
Biographie :

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, est un dramaturge et acteur de théâtre français.

Considéré comme le « patron » de la Comédie-Française, il en est toujours l'auteur le plus joué. Impitoyable pour le pédantisme des faux savants, le mensonge des médecins ignorants, la prétention des bourgeois enrichis, Molière aime la jeunesse qu'il veut libérer des contraintes absurdes.

Très loin des rigueurs de la dévotion ou de l'ascétisme, son rôle de moraliste s'arrête là où il l'a défini : « Je ne sais s'il n'est pas mieux de travailler à rectifier et à adoucir les passions des hommes que de vouloir les retrancher entièrement », et son but a d'abord été de « faire rire les honnêtes gens ».

Il fait donc sienne cette devise qui apparaît sur les tréteaux italiens dès les années 1620 en France, au sujet de la comédie : Castigat ridendo mores (en riant, elle châtie les mœurs).

Molière demeure depuis le XVIIe siècle le plus joué et le plus lu des auteurs de comédies de la littérature française, chaque époque trouvant en lui des thématiques modernes. Il constitue aussi un des piliers de l'enseignement littéraire en France. Le français est également surnommé « la langue de Molière ». 

3 commentaires:

  1. C'est mon Molière favori ! :) Des personnages drôles, de l'humour, des scènes originales ! C'est vraiment une belle pièce de théâtre !

    RépondreSupprimer
  2. Hé je dois le lire pendant les vacances je te dirais comment je le trouve :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...