Pages

vendredi 28 juin 2013

Coraline

De Neil Gaiman.

Pages : 153.
Prix (du poche) : 4, 66 (Amazon, Fnac)
Édition : Wiz, albin michel.
Resumé : Coraline vient d’emménager dans une étrange maison et, comme ses parents n’ont pas le temps de s’occuper d’elle, elle décide de jouer les exploratrices. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement identique au sien. Identique, et pourtant…

Dans la droite ligne d’Alice au pays des merveilles, ce roman magnifique séduira tous les publics.

Mon avis :

Pourquoi ce livre ?
Après avoir vu le film qui était super aux passage, j'avais envie de me lancer dans le livre. Quand je le trouva à la bibliothèque, je le pris.

La couverture :
La couverture est un peu effrayante. Des mains (qu'on ne voit pas sur l'image plus haut) avec des aiguilles.

Bien ou mauvais ?
Super ! On y retrouve Coraline, jeune enfant qui va déménager avec ses parents dans une maison. Dans le salon, il y a une porte condamné. Coraline se sent attiré par celle-ci. Mais derrière, il n'y a qu'un mur de pierre. Pendant la nuit, la fillette descend vers, et découvre un monde parallèle. Les gens ont des boutons à la place des yeux. Elle a une autre mère, et un autre père. Tout est inversé en bien. Mais toute les bonnes choses ont une fin. Lorsque son autre mère lui propose de rester pour toujours dans ce monde, il fallait qu'elle se couse des bouton à ses yeux. Ce n'est que le début, des choses bien pire arriveront... J'ai adoré l'univers glauque, où l'auteur a su nous emmené. Le film n'est pas pareil que le livre. Par exemple dans le film, il y a un amis (dont je ne me rappelle plus le nom) et dans le livre, il n'y est pas. Mais ce n'est pas grave. L'univers effrayant était surtout à la fin. Cette autre mère est assez bizarre. Vous voulez un livre avec un univers sombre ? Prenez-le !
Les points positifs : Super univers. Effrayant.
Les points négatifs : Un peu lent à des moments.

 15/20
L'auteur :


Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Portchester , le 10/11/1960


Biographie :

Neil Gaiman est né à Portchester. Scénariste de bande dessinée (The Sandman), il s'est rapidement imposé comme l'un des meilleurs écrivains de la nouvelle vague du fantastique anglo-saxon.

Gaiman suit des études de journalisme après avoir été refusé par plusieurs éditeurs pour se créer des contacts pouvant l'aider, du moins l'espère-t-il, à être publié plus tard. C'est à cette époque qu'il écrit son premier livre, la désormais très recherchée biographie du groupe Duran Duran ainsi que de nombreux articles pour Knave magazine. Il collaborera avec Terry Pratchett sur De bons présages (Good Omens), à propos de l'imminence de l'apocalypse.

On lui doit les très remarqués Neverwhere (Prix Julia Verlanger 1999), Miroirs et fumées, American Gods (Prix Hugo, Bram Stoker et Locus fantasy 2002) et De bons présages, en collaboration avec Terry Pratchett.
 

6 commentaires:

  1. Après ton avis, je vais peut-être essayer. Je dois dire que le film m'avait un peu fait flipper. Qui plus est ma petite sœur s'appelle Coraline, je l'embêtais souvent à ce sujet. lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dit quand même pas qu'il est trop bien, mais si t'aime bien l'horreur et les livres de Neil Gaiman,
      PS : il y a plus d'action dans le film :D.

      Supprimer
    2. Oui, j'aime bien l'horreur. ^^
      Je crois que j'ai déjà lu un livre de cet auteur, Stardust. Et j'avais bien aimé.

      Supprimer
    3. Je n'ai vu que le film que j'avais beaucoup aimé ^^

      Supprimer
  2. J'avais adoré ce bouquin quand j'étais plus jeune, je l'avais vraiment considéré comme une version horrifique d'Alice au pays des merveilles : )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça fait un peu pensé à une réécriture horrifique de l'oeuvre de Lewis Caroll ^^

      Il faudrait que je relise Coraline d'ailleurs.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...